Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

stage TUI SHOU

30 janvier

Le tui shou sur pas fixe

Le tui shou, traduit pas « la poussées des mains », ou par certains appelé « les mains collantes », est pratiqué parallèlement à l’étude de l’enchainement des formes du tai chi chuan, dans de nombreuses écoles d‘art martiaux chinois, internes ou pas. Certaines mettent l’accent sur le « dan tui shou, » ou tui shou simple à une main, ou celui à deux mains, « shuang tui shou », voire quatre mains, « se shou tui shou ». Ces variantes, ou composantes d‘une gamme d’exercices, spécifiques à une école, peuvent être étudiées, selon les courants, sur pas fixe ou en déplacement linéaire éducatif, voire, multidirectionnel, libre ou conventionnel.

En rencontrant Manuel Solnon en 2016, j’ai pu réaliser que mes successifs apprentissages dans différentes écoles ne m’avaient fait découvrir qu’une conception conventionnelle du tui shou. Autrement dit, que je m’étais cantonné dans une étude partielle, répétitive et mécanique, sans incertitude, dénuée de l’essentielle transversalité entre forme et poussées des mains, ne permettant pas de tester sur un partenaire l’application des huit portes du tai chi , pourtant inlassablement étudiées lors des répétitions de la forme des 99 pas.

Incontestablement sérieuse, précise et enrichissante, cette pratique m’a certes apporté relâchement, concentration, fluidité ,enracinement et conscientisation d’une souffle bas, mais elle ne m’a en aucun cas permis d’y déceler le fil de soie qui m’aurait mené au cœur subtil du trésor qu’est cet exercice sur pas fixe, caractérisé par de véritable confrontation des énergies par l’écoute tactile de l’autre, écoute destiné à le déstabiliser (tin jing )

Le déroulement, autrement dit, les consignes en sont les suivants. Les deux antagonistes se saluent, puis se mettent en position, face à face, avant bras en contact léger, permettant justement à chacun le ressenti (dong jing). Chacun doit alors s‘efforcer d’anticiper l’intention d’attaque de l’autre, pouvant revêtir la forme d’une poussée, d’un tirée, d’un effacement, d’une subtile et pertinente pression sur coudes, épaules ou buste, ou en se servant de la force annoncée de l’autre, pour affecter sa verticalité , perturber ses appuis, le déraciner, et finalement provoquer son déséquilibre, occasionnant chez lui le petit pas fatal de rétablissement qui consacrera sa défaite.

Telle est la manière de pratiquer que nous développons avec Mr Solnon. Toute idée de compétition est bien évidemment exclue, car nous nous efforçons uniquement de combattre nos propres carences, nos propres déficits, inlassablement, d’un assaut à l’autre, d’un progrès ou d’une régression à l’autre.

L’exercice est passionnant en cela qu’il nous contrait à éradiquer toute force physique susceptible d’occulter la quête du ressenti, qu’il affute notre perceptibilité, amoindrit notre égo, développe notre patience et notre tolérance. Autant de bénéfices se reportant sur nos comportements sociaux, faisant reculer incertitude, doute, surprise et peur lors des diverses situations conflictuelles, champs de mines que la vie nous fait parfois traverser.

Mais ce n’est pas suffisant ! Le tui shou recèles de profondes racines culturelles, directement corrélées aux principes de la philosophie chinoise et de la méditation, sous tendant une approche de cette pratique ne se limitant surtout pas à la quête à tout prix de la gagne, du relâchement, de l’anticipation, mais à l’incontournable et factuelle intégration des principes du ying et du yang, du plein et du vide.

JC Guillot- 15 12 2021.

Détails

Date :
30 janvier

Organisateur

Manuel SOLNON
E-mail :
atemimontdor@gmail.com

Lieu

Dojo ATEMI Mont d’Or
6 rue du Lavoir
Saint Germain au Mont d'Or, 69650 France
+ Google Map
Téléphone :
0478914550
Site Web :
http://www.atemimontdor.com